Profiter de la crise ?

Beaucoup pensent que cette crise est catastrophique. D’autres prévoient même une période de récession inédite dans l’histoire depuis 1929. Certains annoncent une reprise du volume des crédits accordés aux entreprises et particuliers dans de nombreuses semaines. Bref, le cataclysme à les écouter. Mais sur Économie-Finance.com, notre approche sera différente.

Nous voudrions en effet vous exposer les nombreux avantages d’une crise en général, et de cette crise en particulier. Nous nous garderons bien de prêcher le mal en édulcorant l’information économique par une propagande louant les bienfaits d’une crise systémique et/ou d’un « credit crunch. » Mais savoir qu’une crise n’est pas que et uniquement mauvaise peut avoir du bon pour l’avenir.

Justement, en parlant d’avenir, quelles décisions peuvent favoriser tout d’abord l’Europe politique et économique? La réponse est catégorique: l’entrée de l’Islande et de la Norvège dans l’union européenne et leur acceptation dans la Zone Euro avec l’Angleterre (si elle même le veut enfin) rendrait service à toutes les parties. De plus, un tel élan, consécutif à la crise actuel, entrainerait une solidarité et une union en ce qui concerne la politique économique globale. En effet, mis à part l’exigence de Maastricht des 3% de déficit budgétaire et la BCE (politique monétaire commune à la Zone Euro), aucune union n’émerge en ce qui concerne l’harmonisation fiscale et administrative d’un point de vue économique. Mais la rationalisation économique actuelle impose une mise à plat globale des institutions nationales, ce qui est une chance (à saisir) pour l’Europe de profiter des synergies qu’elle tente de créer depuis maintenant plus d’un demi-siècle. L’appel de l’unité en termes de fiscalité ou de dépenses budgétaires liées à l’administration devrait se faire entendre et cette crise permettrait d’optimiser ces secteurs institutionnels si opaques et parfois hors de tout entendement.

Et les marchés financiers dans tout ça ? Les marchés sont les marchés, ils doivent UNIQUEMENT réagir aux variations d’offre et de demande des actifs financiers. Par contre, l’information financière, jouant un rôle primordial (notamment à cause des nouvelles technologies de l’information), doit être beaucoup « plus » supervisée. Une législation ou un cadre législatif plus vaste devrait encadrer la profession journalistique concernant la véracité des informations transmises aux intermédiaires financiers (et à fortiori au grand public). L’information contribue à amplifier les crises (et, de façon similaire, les bulles) ce qui nuit fortement à l’économie en provoquant de brusques retournements financiers qui affectent la confiance des entreprises et des ménages sclérosant un peu plus les mécanismes macroéconomiques de base contribuant au bon fonctionnement de l’économie tout entière, je pense notamment aux crédits.

Ajoutons à cela le paradoxe des ratios prudentiels. Le schéma actuel en situation de crise économique et de revalorisation des risques (et donc des actifs) concernant les banques est le suivant: L’effondrement immobilier a conduit à l’implosion des subprimes, qui a entraîné des dépréciations d’actifs massives et des provisions bancaires en chaîne. D’où une baisse généralisée des actifs qui creusent davantage encore les pertes des banques. Ces dernières se voient obligées de constituer à nouveau des provisions, ce qui fait fondre leurs fonds propres. Comme les banques doivent avoir un capital minimum (ratios prudentiels), elles doivent vendre une partie de leurs actifs dépréciés pour reconstituer leurs fonds propres. En faisant cela, elles précipitent à nouveau le prix des actifs à la baisse, ce qui creuse à nouveau leurs pertes. A nouveau, les fonds propres deviennent insuffisants, donc il faut à nouveau vendre des actifs (encore plus dépréciés qu’au tour d’avant), ce qui entraîne à nouveau une baisse des actifs, etc… A ce rythme la, les actifs vont se rapprocher de la valeur « 0 » ! Les banques sont obligées de vendre, de par la réglementation prudentielle. Or en face, il n’y a pas d’acheteurs… Une reconsidération des ratios prudentiels est donc nécessaire car elle contribue à renforcer la crise, surtout lorsqu’il s’agit d’une crise bancaire: ces ratios qui ne sont pas adaptés aux hautes fréquences et aux crises systémiques entrainent la sphère financière vers une spirale de dépréciations d’actifs incontrôlée car obligatoire pour les banques ce qui est fortement néfaste pour la sphère réelle (économique). L’élaboration de nouveaux ratios prudentiels (se dirige-t-on vers Bâle III ???) doit donc prendre en considération cette spirale négative de dépréciations quasi-obligatoires afin de ne pas participer à l’amplification des crises. Ce Bâle 3 devra aussi encadrer de manière plus stricte la comptabilité des produits dérivés… mais on en discute ci-après.

Spéculation ou couverture ? Comment comptabiliser des produits dérivés ayant pour unique objectif une gestion rigoureuse des risques (couvertures des risques) et des produits dérivés ayant pour objectif de décupler une hausse ou une baisse à des fins spéculatives ? Comment prendre en compte ces deux achats de produits dérivés qui en fait sont identiques sur le marché financier ? Dernière question: comment légiférer, proposer ou émettre une idée sur un sujet ou la bonne gestion et la mauvaise action sont complètement indifférencié sur le marché ? C’est comme si Gargamel était peint en Bleu et Blanc et coiffé d’un magnifique couvre-chef de Schtroumpf. Je n’ai pas de réponses, mais je vous ai apporté certaines questions qui en méritent ! Un nouveau Bâle 3 devrait encadrer ces deux types de pratique qui devront forcement être différenciées au moins au sein des institutions financières. Je précises: institutions et non pas uniquement les banques.

Car les Hedge Funds jouent désormais un rôle aussi important que les banques. Et il ne faut plus le négliger. Un fond doit aussi être noté, surveillé, soumis à des ratios prudentiels et à une catégorisation en fonction des risques etc… Noté un fond par rapport à l’institution financière qui l’émet devient aberrant. Mais ne pas prendre en compte l’institution financière qui le gère serait tout aussi aberrant. Un juste milieu dans la notation doit donc être trouvé.

Mais tout cela doit mener à une rationalisation des marchés financiers. Tout ceci doit donc déboucher sur une optimisation des procédures de contrôle des banques et des institutions financières. Que ce soit l’information financière, le cadre institutionnel économique (budgétaire et fiscal) ou les innovations financières, il faut profiter de cette crise pour instaurer de nouvelles règles (pas forcement en légiférant) de bonne conduite permettant de minimiser la survenance de telles crises, ou du moins de les prévenir.

Économie-Finance.com

1 comment for “Profiter de la crise ?

  1. 27 octobre 2008 at 17:04

    Face à la crise qui malmène leur couronne, les pays nordiques, non membres de la zone euro, abordent la question de l’adoption à la monnaie unique en ordre dispersé, le débat semblant relancé en Islande et au Danemark contrairement à la Norvège et la Suède moins affectées.

    Dans la région, seule la Finlande a adopté l’euro. La Norvège et l’Islande ne sont pas, par ailleurs, membres de l’Union européenne (UE).

    Quelque 72,5% des Islandais sont favorables à l’euro, selon un sondage réalisé samedi et publié lundi dans le quotidien Frettabladid, alors que la crise financière internationale a ruiné le système bancaire jusqu’alors moteur de l’économie de l’île.

    Depuis janvier, la couronne islandaise a perdu 40% de sa valeur. Un euro s’échange désormais contre 152 couronnes, suscitant l’inquiétude parmi les 320.000 habitants.

    « La question de l’Europe et l’euro est directement liée à la crise. Les Islandais commencent à avoir des doutes vis-à-vis de la couronne. Ils sont de plus en plus nombreux à penser que la seule solution est dans l’action avec les autres pays et non dans l’isolement », a expliqué à l’AFP Gunnar Haraldsson, directeur de l’Institut islandais de l’économie.

    Selon lui, il s’agit probablement d’une tendance de fond, soulignant que même les pêcheurs, puissant lobby anti-UE, ont assoupli leur position, réclamant davantage de stabilité pour continuer à prospérer.

    Au Danemark, où la crise touche surtout le marché de l’immobilier, le débat sur l’euro a récemment ressurgi via le Premier ministre même s’il a rejeté l’idée d’un référendum dans l’immédiat, les Danois ayant déjà voté contre l’euro en 2000.

    Anders Fogh Rasmussen constatait en effet la semaine dernière « à quel point il est nuisible d’être en dehors de la zone euro lors de cette crise » même si le royaume scandinave en suit strictement les critères.

    Le ministre des Finances, Lars Loekke Rasmussen (libéral), estime lui aussi que « c’est un défi d’être une petite économie ouverte en dehors de l’euro », et le Parti socialiste du peuple (opposition), fer de lance des anti-euro, commence à discuter de l’opportunité d’adopter la monnaie unique.

    En Suède et en Norvège, pays encore prospères, la crise n’a pas pour l’instant ressuscité de débat. Leurs couronnes ont respectivement perdu en un mois 9,2% et près de 7% vis-à-vis de l’euro mais les économistes soulignent que cela permet aussi de soutenir les exportations.

    « Je pense que par extension, il va y avoir un environnement plus favorable à l’euro (en Suède). Cela pourra être une question importante lors des prochaines élections en 2010 », a expliqué Haakan Frisén, chef économiste chez SEB.

    Rejetée très largement par référendum en 2003, l’adoption de l’euro était encore une « question morte » il y a deux mois, dit-il.

    Le Premier ministre conservateur Fredrik Reinfeldt a reconnu lundi que la crise pouvait renforcer le camp du oui. Mais il a une nouvelle fois écarté la tenue d’un référendum avant la fin de son mandat en 2010.

    Pour Fredrik Langdal, chercheur à l’Institut des sciences politiques de Stockholm, le débat est pour l’instant peu présent dans l’opinion car le pays est relativement épargné par la crise.

    Mais, dit-il, la question pourrait être plus aiguë l’an prochain lorsque que la Suède présidera l’UE ou si le Danemark décide d’organiser un référendum. « Cela mettra alors plus de pression sur la Suède ».

    Riche en hydrocarbures, la Norvège est quant à elle atypique en Europe: lorsque le pétrole est cher, son économie a besoin de taux d’intérêt élevés pour éviter une surchauffe, alors que les autres pays européens ont alors plutôt besoin de taux d’intérêt bas.

    Ce conflit d’intérêts rend l’euro et la politique monétaire de la BCE peu adaptés pour le royaume, qui a déjà rejeté l’adhésion à l’UE lors de référendums en 1972 et 1994.

    AFP le 27/10/2008 15h47

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *