Le Crypto-Yuan, première monnaie digitale souveraine développée par la Chine

La Chine se développe à une vitesse éclair. Alors que le pays et les citoyens vivent des transformations « sans précédent », c’est au tour de la gouvernance financière à se moderniser en développant le Crypto-Yuan. Avec la place importante que prend aujourd’hui l’application sociale WeChat dans la vie de chaque citoyen (vie sociale, paiements, crédit social,…), c’est maintenant à la monnaie, le Yuan, de se numériser et ainsi de se faire une place dans le quotidien des chinois.

Une monnaie digitale qui pourrait révolutionner l’éco-système du pays dans le cadre de la modernizing gouvernance ; par là, il faut comprendre, la modernisation des organisations du pays et l’extension du contrôle du pouvoir central dans la globalité du pays, afin dans un premier temps de lutter contre la fraude ou encore contre le blanchiment d’argent. D’un point de vue plus stratégique, la Chine pourrait envisager une internalisation de son crypto-yuan, notamment par l’accès des routes de la soie.

Monnaie Cryptographique : La Chine pionnière en la matière

D’après l’entretien entre Michael Casey, journaliste du média en ligne Coindesk, spécialisé dans les crypto-actifs, et Michael Sung, professeur à l’université de Fundan à Shanghai, la Chine aurait précipité son projet de lancement de sa crypto-monnaie suite à une annonce publiée sur Facebook en 2019. Dans le même temps, l’équipe de Mark Zuckerberg avait pour ambition de développer le « Libra », une monnaie mondiale numérique garantie par une réserve ; ce projet est actuellement suspendu.

Le parti communiste, sous la présidence de Xi Jinping, aurait lancé l’offensive au moment de cette annonce, alors que le projet de numériser la monnaie chinoise était déjà en pour-parler dès 2014, anticipant de ce fait la concurrence venant du reste du monde.  Ainsi, en se positionnant à terme comme une monnaie stable de référence, celle-ci remplacerait le SWIFT, en vue de s’internationaliser.

Le projet a donc pris une accélération massive durant la première vague de la Covid-19, début 2020. En premier lieu, l’expérimentation s’est faite dans un contexte restreint, puis s’est élargi, de plus en plus, pour couvrir la totalité du territoire. L’objectif visé par le gouvernement chinois est d’implémenter cette digitalisation de la monnaie pour les Jeux Olympiques d’hiver 2022.

Le projet du crypto-yuan, une prouesse technologique

Pour un oeil occidental, la première question, qui vient à l’esprit à l’annonce du lancement du crypto-yuan en Chine, est la suivante : Comment cette crypto-monnaie se différencie-t-elle des autres crypto-monnaies dont le Bitcoin apparu en janvier 2009 ? La réponse se trouve dans le fait que le Yuan numérique est une monnaie souveraine à l’inverse du Bitcoin, qui quant à lui a été créé par un individu (ou un groupe d’individus) jusque là inconnu.

Le crypto-yuan repose sur le Yuan national. Sa valeur est intrinsèquement corrélée et soutenue par la Canque Centrale de Chine. A contrario, les crypto-monnaies sont décentralisées et ne dépendent d’aucune institution bancaire et donc de l’Etat.

Toutefois, la technologie Blockchain servira bien de support et sera développée en système de vase, via le Blockchain Service Network (BSN), un réseau de service de blockchain qui permet aux institutions chinoises de garder le contrôle.

Comment fonctionne cette nouvelle monnaie ?

Le crypto-yuan a pour fonction d’être dépensé comme de l’argent réel dans tous les commerces physiques de la Chine. Bien que des solutions existent déjà, dont WeChat Pay et Ali Pay, le Yuan numérique peut sembler assez proche de celles-ci, à une nuance près : une fois le dernier crypto-yuan dépensé aucun crédit ne pourra être accepté. En effet, Ali Pay et WeChat Pay sont reliés à un compte bancaire existant, le Yuan numérique ne l’est pas et s’apparenterait bien à de l’argent liquide, billets papier et pièces de monnaie, car le DC/EP (Digital Currency/Electronic Pay) fait bien référence à cela.

Enfin, au sujet de la vie privée : « le crypto-yuan est anonyme » explique Monsieur Ding Yifan, chercheur au Centre de recherche sur le développement du Conseil des affaires d’État, sur la chaîne YouTube « CGTN Français » (média financé par le gouvernement Chinois). Ceci, car cette monnaie digitale ne requiert ni pièce d’identité, ni compte bancaire.

Une phase-test concluante auprès de la population

Suite à l’annonce officielle, parue dans un communiqué publié le 14 juillet 2020 par le Ministère du Commerce de la République populaire de Chine, le yuan numérique serait testé dans plusieurs grandes villes et régions : Pékin, Tianjin, le Hebei, le delta du fleuve Yangtze, le Guangdong, Hong Kong et Macao. Des villes développées économiquement qui se prêtent tout particulièrement à tester ce programme pilote. D’autres villes moins importantes ont su cocher les critères nécessaires pour tester elles aussi ce système

Les habitants de la ville de Suzhou ont participé, en décembre 2020, à un test mené par les autorités de la ville. Le gouvernement local distribuait 20 millions de yuan, sous format numérique. Sur les 10,7 millions d’habitants qui s’inscrivaient, 100 000 d’entre eux recevaient une somme de 200 crypto-yuans, soit 30 dollars à dépenser.

L’action a été programmée lors d’une période de soldes très populaire dans le pays, « Double 12 », l’équivalent des soldes du « Black Friday » en occident. Les testeurs ont pu procéder à des achats en ligne chez des commerçants partenaires tels que JD.com, 4ème plus gros site e-commerce en ligne du pays.

Entre temps, des grandes enseignes de la restauration rapide, dont Mc Donald’s ou encore Subway, ont instauré ce moyen de paiement. Didi, équivalent de Uber en Chine, offre aussi aux habitants la possibilité de payer leurs courses de cette manière dans les villes de Chengdu, Suzhou et Shenzhen.

Plus récemment, en Mars 2021, les habitants de Xyong’an ont aussi eu le choix de faire leurs achats via cette solution, en utilisant ce prototype, préfigurant ainsi de ce que serait le premier « portefeuille physique. »

Un portefeuille physique pour faciliter les transactions

En avril 2020 sur le réseau social Twitter, des images montrant ce que pourrait être le futur portefeuille dédié aux crypto-yuan, étaient dévoilées : un projet test engagé par la Banque Agricole de Chine, ABC, pour le compte de la Banque Centrale du pays.

interface présentée par la Banque Agricole de Chine, utilisation crypto yuan

Tweet révélant ce que pourrait être le portefeuille crypto-Yuan – Source : Twitter, 14 avril 2020

Le 7 Févier 2021, un communiqué, édité par la banque ABC, annonçait que la version d’un portefeuille physique avait été conçue et déployée avec la collaboration du comité de travail du groupe de Xiong’an et de la Banque populaire de Chine PBoC ; seule la région de Xiong’an en a profité à son lancement. Ainsi, les habitants ont pu effectuer des paiements électroniques sans nul besoin d’avoir une connexion Internet.

Un « portefeuille » pensé et adapté à tous les profils, afin de permettre à toutes les générations, des plus jeunes aux plus âgées, de dépenser leurs monnaies dans les meilleures conditions.

Extrait du communiqué officiel publié le 7 février 2021 par Xiongang :

extrait du communiqué officiel annonçant l’arrivée du portefeuille physique, le 7 février 2021

Extrait traduit en français via Google Traduction :

« Sous l’impulsion du Comité de gestion du Comité de travail du Groupe de la nouvelle zone de Xiongan, et de la succursale centrale de Shijiazhuang de la Banque populaire de Chine, la succursale Hebei Xiong’an de la Banque agricole de Chine a achevé la recherche, le développement et la production du premier renminbi numérique.  » portefeuille matériel « . Le « portefeuille matériel » du renminbi numérique a été dévoilé avec succès dans la nouvelle zone de Xiongan, ce qui constitue une percée innovante dans l’exploration pilote du renminbi numérique de la nouvelle zone de Xiongan. » – (source : mp.weixin.qq.com)

Le reste du monde « suivra » ou se « pliera » ?

De nombreux experts et journalistes soulèvent ce développement entrepris par la Chine comme une volonté d’imposer le Yuan digital comme monnaie forte et souveraine à l’échelle mondiale, défiant de la sorte le dollar américain.

Dans le reste du monde, des pays ont déjà annoncé leur volonté de se digitaliser, notamment en France, où la Banque de France « aurait voulu tester un crypto-euro sur une blockchain privée de Ripple », faisant de ce test, la première Monnaie Digitale d’une Banque Centrale européenne.

Aux Etats-Unis, le gouvernement Biden travaille lui aussi sur un projet de crypto-dollars. La Chine reste toutefois en pôle position. Les dés sont jetés, mais la bataille quand à elle, ne fait que commencer.

Source image mise en avant : © Eric Prouzet, Unsplash.

Partagez

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *