Forex

Le Forex, contraction de Foreign Exchange, est le marché sur lequel les devises sont échangées les unes contre les autres. Ce marché est ouvert 24 heures sur 24 du lundi au vendredi grâce aux relais des places boursières dans le monde (Sydney, Tokyo, Londres, New-York…) ayant différents fuseaux horaires. Selon le rapport triennal de la Banque des Règlements Internationaux (BRI) de 2011, 36.7 % des échanges sont réalisés à Londres et 17.9 % à New-York, soit plus de la moitié des 3981 milliards de dollars qui transitent chaque jour dans le Monde. Le Forex est le deuxième marché financier de la planète en termes de volume global, derrière celui des taux d’intérêt.

Il existe deux types de cotation : directe et secondaire. La cotation directe signifie qu’il y a une cotation entre les deux monnaies. C’est le cas des huit principales devises qui sont toutes cotées les unes avec les autres. La cotation secondaire signifie qu’une devise est liée avec une des principales devises, mais ne peut être échangée directement avec une autre devise secondaire. Ce type d’échange reste minoritaire, 89 % des échanges incluent le dollar, 37 % l’euro et 20 % le yen (le total est de 200 % car chaque transaction implique deux devises).

Le marché Forex a trois principaux objectifs qui sont la couverture, la spéculation et l’arbitrage.

La couverture (hedging) consiste à prendre des positions inverses pour se couvrir des risques. Les entreprises utilisent cet outil lors d’une transaction à l’international avec paiement différé pour se couvrir des risques de changes. Pour cela elles achètent des devises nationales ou étrangères selon le mode de règlement.

La spéculation est le deuxième objectif d’un intervenant sur le marché (cambiste). Ce dernier anticipe les fluctuations d’une devise à la hausse ou à la baisse grâce à différentes informations comme les indicateurs économiques. L’analyse technique est également utilisée sur ce marché et l’effet de levier très important permet une forte spéculation.

Enfin, l’arbitrage permet de tirer parti des décalages ponctuels de cours sur un même support. Seules les grandes institutions peuvent y avoir recours car il faut investir des sommes importantes et disposer d’outils puissants pour détecter ces opportunités d’arbitrage et effectuer un bénéfice non-négligeable. Cela contribue à l’efficience internationale des marchés, dont le Forex est reconnu pour cette qualité.

Le marché Forex existe sous sa forme actuelle depuis l’abandon du régime de change fixe en 1973. En effet, les devises peuvent suivre différents régimes de change allant du change fixe au change flottant. Les principales devises mondiales, comme le Dollar, l’Euro, la Livre Sterling ou encore le Franc Suisse, suivent un régime de change flottant ce qui signifie que leur valeur s’apprécie ou se déprécie en fonction de l’offre et de la demande de cette devise sur le Forex. En revanche, d’autres devises suivent un régime de change fixe par rapport à une autre devise de référence, généralement le Dollar ou l’Euro. La valeur de cette devise ne varie donc pas par la confrontation de l’offre et de la demande mais par une décision des autorités monétaires (généralement une banque centrale) de la dévaluer ou de la réévaluer. Cela permet à ces pays de contrôler leur monnaie qui pourrait subir de fortes fluctuations et des attaques spéculatives en cas de change flottants.

D’autres systèmes existent comme l’abandon de sa propre devise ou profit d’une autre (dollarisation, Zone Euro) ou encore les systèmes de change semi-flottants ou liés. La Chine est dans cette situation depuis 2005, le cours du Yuan varie quotidiennement dans une marge qui ne peut excéder 0.3 % autour d’un cours pivot défini par la banque centrale (serpent monétaire). Cette dernière peut décider de modifier la valeur de sa monnaie si elle le souhaite, comme elle l’a fait en 2010 de 1,5%.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *